Avertir le modérateur

03/11/2008

Le TLM vise le haut du tableau

« Se faire plaisir. » C'est le mot d'ordre de la direction du Tourcoing Lille Métropole (TLM) pour cette saison 2008-2009. Un slogan que le club professionnel de volley ball a décidé de suivre à la lettre, en s’imposant à domicile face à Rennes vendredi soir, 3 sets à 1, pour son cinquième match de la saison.

Le TLM se situe désormais dans la première moitié du Championnat de France. Ce titre tant courtisé, les Tourquennois n'ont jamais réussi à le décrocher malgré une présence lors de neuf finales nationales. Pour Marcelo Fronckowiak, entraîneur du club depuis quatre saisons, il faut que ça change. Et c’est pour cette année. « Le but, c'est la première place. On joue sur trois fronts, le championnat, la coupe de France, et la ligue des champions européens. On réajustera nos ambitions pendant la saison s'il le faut, mais l'équipe a vraiment le potentiel pour gagner. »

Un recrutement de haut niveau

Le groupe compte sur sa diversité pour décrocher un titre. « Notre force, c'est qu'on a toutes les générations de joueurs. Ça se voit aussi très bien dans notre recrutement... » Cette année trois arrivées ont enrichi l'effectif : l'Américain Jonathan Winder, l'attaquant toulousain, Bojidar Slavev, et le très attendu ex-international brésilien, Bernardo Alvès Gibson. Des transferts haut de gamme, possibles grâce à un budget de plus de 1,5 millions d'euros. « Dans le volley, on n'atteint pas les sommes démesurées du football ou d’autres sports plus médiatisés. On avait 2 millions l'an dernier, cette année il a fallu réduire, entre autres, la masse salariale. On joue sur la qualité pour remporter la victoire. »

Former pour gagner

Le TLM mise aussi sur la formation, pour créer « l'alchimie gagnante ». Camille Danel fait partie de la génération des « aspirants », ces joueurs en voie de professionnalisation. Il espère bien, lui aussi, ramener une coupe à Tourcoing cette année. « Je suis là depuis 3 ans et je m'y sens bien. Les plus anciens nous donnent beaucoup de conseils, c'est important pour apprendre et réussir. J'espère décrocher un contrat pour la saison prochaine, et une victoire en championnat faciliterait beaucoup les choses... » Pour accéder à la plus haute marche du podium, l’alchimie doit se poursuivre jusqu’aux play-offs d’avril. Prochaine étape : s’imposer samedi à Toulouse.

Clémence Nayrac

20/10/2008

Concert live en crèche

crèche concert.JPG

Crèche des Boules de gommes en plein cœur de Lille. Une quarantaine de bambins, une dizaine de mamans, cinq nourrices et deux papas assistent à l’heure du goûter à un concert privé d’une artiste britannique de renommée mondiale : Kate du groupe « This is the kit ! ». Si la scène a de quoi surprendre, elle devient une habitude en période de festival Radar.

Pour la deuxième année consécutive, le Grand Mix, scène de musiques actuelles de Tourcoing gérée par l’association La Passerelle, a programmé en ouverture de sa semaine musicale neuf concerts en crèches et haltes-garderies. L’idée est simple : s’évader du format classique du concert et offrir aux bébés à écouter les artistes de demain. « Les concerts en crèches sont une entrée pour faire découvrir des artistes à des petits. Car les enfants ne peuvent pas venir à nos concerts. Et pour l’artiste, c’est un autre rapport au public. Et ça les amuse », explique Julien, un des programmateurs du Grand Mix.

Sur son tabouret pour enfant, Kate du a en effet l’air de passer un bon moment. Sa fille Mo sur la jambe gauche, sa guitare sur la jambe droite, l’anglaise de Paris pousse la chansonnette en toute simplicité. Assis à quelques mètres sur des tapis de sols multicolores, les tout petits prennent plaisir à l’écouter. Tout comme papa et maman, qui sont les premiers à taper des mains et à mimer les chansons. A la fin des trente minutes, le public est conquis. Nicolas, papa de la petite Olivia, a apprécié la performance : « C’était vraiment sympa ! »

De son côté, l’artiste confirme qu’elle aussi a pris du plaisir. Même si elle avoue que la rencontre avec les tout petits est assez stressante. « Parfois je regarde tout le monde et je vois que c’est trop ennuyeux. […] Car les réactions des enfants sont assez pures. Alors que les ados eux savent comment se comporter dans un concert, les règles à suivre », déclare Kate.

D’un point de vue éducatif, l’expérience a également l’avantage de contribuer à l’éveil des enfants. Pour la directrice Mme Kassouh, l’autre bon point est l’origine anglo-saxonne des musiciens de la mini-tournée : « Nous avons souvent des ateliers musicaux avec des personnes spécialisées dans l’éveil musical. Mais pas des artistes de langue étrangère comme aujourd’hui. C’est bien ce côté multiculturel  ».

Dans une même logique de proximité et un même souci de toucher le plus large public possible, la maison tourquennoise propose entre le 02 et le 10 octobre des concerts en appartements pour les plus vieux. Et tout au long de l’année sont organisés pour les 6-12 ans des goûters concerts. Sortez les agendas et notez les dates.

Pour plus d’information sur le Grand Mix et les concerts en écoles : (http://www.legrandmix.com)

 

Maxime Marchon

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu