Avertir le modérateur

25/11/2009

Des politiques au net

L'union fait l'opposition. C'est avec ce slogan que l'Union Pour Lille (UPL) à lancé cette semaine son nouveau blog, sous l'impulsion de Christian Decocq, président du groupe et conseiller municipal de la ville. L'UPL devient ainsi le deuxième groupe d'élus de Lille à utiliser la blogosphère, après les Verts qui ont ouvert leur page il y a un an.

"La création de cet espace internet répond à la nécessité de se faire connaître et d'avoir une tribune plus grande que celle habituellement réservée à l'opposition" explique Hervé-Marie Morelle, délégué-jeune de l'UMP pour la première circonscription du Nord, qui a lui même un blog. Les 18 lignes dans le journal municipal n'étant pas suffisantes pour exprimer les idées du groupe. Mais plus qu'un effet de mode, "le blog a plusieurs fonctions : informative, militante et surtout interactive" précise Hervé-Marie Morelle, même si il n'y a pas dessus de forum d'échange car, selon lui, "la modération demanderait trop de travail". Ce mode de communication est bien connu de certains élus qui possédent déjà des profils sur le réseau social Facebook, comme Dominique Plancke, conseiller municipal vert.

Le parti socialiste n'est pas non plus en reste. Dans toute la région s'est mis en place ce qu'ils appellent le "web décentralisé". Le site de la fédération du Nord-Pas-de-Calais est la principale plateforme à l'échelle régionale. Chaque section du PS a également un blog qu'elle alimente régulièrement et qui est relayé via Facebook.

Les cadres de la fédération se considèrent donc à la page par rapport au Net. Mais si ce média semble incontournable, le téléphone et le courrier restent les meilleurs liens avec les adhérents : "Dans 20 ans on utilisera quasiment que le web, mais on ne peut pas le faire aujourd'hui car certains membres ne connaissent même pas Facebook" témoigne Frédéric Chéreau, webmaster de la fédération. C'est pourquoi au PS on n'hésite pas à railler la création du blog de l'UPL : "Nous n'avons pas besoin de ça, nous avons le site de la mairie !" ajoute Rachid, cadre de la fédération.

Il n'existe donc pas d'usage uniforme d'internet pour les élus et les partis lillois. Hervé-Marie Morelle brandit lui l'impératif de s'ouvrir à de "nouvelles tribunes" via le recours massif à internet. Tandis qu'au PS, malgré le vaste réseau de blogs de section, Frédéric Chéreau rappelle que "le blog est intrinséquement quelque chose de l'opposition". La majorité lilloise expose en effet à tous son action à travers les publications municipales officielles et les actions concrètes.

La manière d'utiliser la toile tend donc à refléter le positionnement des élus par rapport au pouvoir : dis-moi de quel parti tu es, je te dirai comment tu es 2.0.

MARGAUX DARRIEUS

DIMITRI DEMONT NARCY

NICOLAS SENGERS

La Préfecture du Nord se prépare à des hauts et débats

Branle-bas de combat à la préfecture du Nord. Sommée par Eric Besson, ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, d’organiser des réunions dans le cadre du grand débat sur l’identité nationale, elle vient de programmer deux rencontres publiques, qui s’annoncent pour le moins tumultueuses.

Anne Gabrelle, directrice adjointe de cabinet du préfet de région Jean-Michel Bérard, est en charge de ce projet à Lille. Consciente que « le sujet peut porter à controverse », elle préfère retenir dans cette opération « une occasion d’échanger, de faire avancer les choses ». Les 11 et 14 décembre prochains, les participants débattront sur les thèmes suivants : « Pour vous, qu’est-ce qu’être Français aujourd’hui ? » et « Comment faire mieux partager à tous les valeurs républicaines de l’identité nationale ? ». Deux thèmes qui, par ailleurs, ont été directement soumis par le ministre Eric Besson. De ces rendez-vous citoyens, Anne Gabrelle espère voir naître un « véritable débat participatif ». Un certain nombre de représentants politiques et associatifs locaux seront invités, le but étant d’« accueillir le plus grand nombre de gens sensibilisés par le sujet ».

Le Parti Socialiste, par la voix de son premier secrétaire de la Fédération Nord Gilles Pargneaux, a d’ores et déjà affirmé qu’il ne participera à ces débats, qualifiés de « mascarades ». Quant aux associations susceptibles d’être concernées, elles n’ont pas encore reçu d’invitations mais se disent « frileuses » à y assister, à l’image de Mosaïque, qui donne des cours d’alphabétisation à des réfugiés ou des demandeurs d’asile, ou encore d’AFS-Vivre sans frontières, qui sensibilise les jeunes aux cultures différentes et à la tolérance.

A l’issue de ces débats, la préfecture du Nord devra envoyer au ministère organisateur, le 22 janvier 2010 au plus tard, la synthèse des échanges ainsi que les propositions qui en auront découlées. Le 4 février, Eric Besson tiendra un colloque qui viendra clore trois mois de discussions…et de polémiques.

ARNAUD LEFEBVRE

14/10/2009

Inquiétude sur l’avenir de la plus grande gare de fret au nord de Paris

La brasserie est vide. « Avant, il y avait des soirs où les clients ne trouvaient pas de place pour boire un verre. » Saïd, le patron, regrette ce temps où les cheminots se pressaient nombreux à son établissement.

A Somain, l'inquiétude grandit face à la possible fermeture de la gare de triage. Sa spécialité ? Le wagon isolé, qui permet aux petites entreprises qui n'ont ni les moyens ni le besoin d'affréter un train complet, d'affréter des wagons de marchandises. Et c'est précisément vers la suppression de ce type de fret que s'oriente la direction de la SNCF, après l'annonce du Plan fret de Jean-Louis Borloo, préconisant l'abandon de 60% des activités liées au « wagon isolé ».

Les employés ont manifesté samedi 26 septembre contre ce projet. Alors que les Somainois se demandent si la gare cessera son activité après la réforme, les cheminots, eux, en sont sûrs. Pour Patrick Belot, agent de maîtrise à la gare de triage et responsable CGT, cette réforme du fret est la suite logique des plans précédents qui ont déjà causé une importante baisse du trafic. « Les restructurations passées ont diminué les volumes affrétés, les pertes ont augmenté. La SNCF a répercuté ces pertes sur les clients en leur imposant des augmentations tarifaires. Beaucoup d'entreprises ont dû cesser le fret par chemin de fer. Résultat, encore moins de marchandises à transporter et encore plus de pertes. »

Jean-Claude Quennesson, le maire communiste de Somain, n'est pas plus optimiste quant à l'avenir de la gare. Pourtant, l'abandon de la fermeture de la gare de Somain a été annoncé à l'issue d'un sommet entre la direction de la SNCF, le gouvernement et les syndicats mardi 6 octobre. Une annonce à laquelle réagit vivement le maire : « c'est faux, le projet de fermeture est bien maintenu, contrairement à ce qui est dit au public. Lors de la réunion du Conseil économique et social de la Région présentant le plan fret pour la région, le représentant de la SNCF a clairement annoncé la fermeture de la gare pour fin 2010. » Jean-Claude Quennesson dénonce de surcroît l'aberration écologique que constitue pour lui la réforme du fret : « la restructuration des activités de fret, c'est au moins 1, 5 million de camions en plus sur les routes. »

Mais à Somain, la réforme du fret ne touchera pas que les cheminots. Les entreprises utilisant le wagon isolé seraient durement affectées par l'arrêt du fret. Si la SNCF a apporté des garanties à certaines d'entre elles concernant le maintien de l'activité pour 2010-2011, les entrepreneurs demeurent préoccupés. Pour une industrie chimique du Pas-de-Calais, « si le wagon isolé disparaissait, ça représenterait des investissements supplémentaires pour les terminaux de camion. L'usine passerait le cap, mais ça serait difficile, surtout en ce moment. »

L'économie de toute la ville repose sur la gare où 440 emplois directs sont aujourd'hui menacés, pour une commune de 12000 habitants. Le plan fret de la SNCF ne fait que renouveler les inquiétudes de Saïd. « La gare de triage, c'est ce qui nous  fait vivre. Si ça ferme, toute la ville en prendra un coup. Somain deviendra un dortoir. »

ADRIEN VILQUIN

JUSTINE CANONNNE

 

10:38 Publié dans Eco social | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : somain, fret, nord, sncf

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu