Avertir le modérateur

26/11/2008

Eléctions PS : A Lille, la joie dans la douleur

21 novembre, Lille. Dans la grande salle du siège principal de la « fédé » socialiste lilloise, on attend dans l'inquiétude les résultats du second tour qui doit désigner le futur premier secrétaire du PS : Royal ou Aubry ? A minuit, Patrick Kanner, adjoint au maire, déboule dans la salle, se presse vers les journalistes, et annonce que « Martine est devant ». La joie explose soudain.

Pourtant, l'inquiétude perçait sous l'enthousiasme durant les deux journées précédentes. Jeudi 20 novembre, lors du premier tour, Martine Aubry recevait un accueil chaleureux à la section PS du Vieux-Lille. Un bouquet de rose entre les mains, la maire de Lille faisait la bise à tous les socialistes présents dans la salle, avant d'aller voter. Devant les caméras, elle se déclare alors « très confiante », prête à ce que « tous les socialistes se rassemblent dès lundi pour défendre la justice et la solidarité ». A 18h30, après avoir passé quinze minutes dans la section, elle retourne à la mairie, emportant avec elle toute l'excitation que sa venue a suscité. Les quelques militants présents se retirent également, après avoir glissé leur bulletin dans l'urne. Plus tard, au siège de la fédération du Nord, rue Lydéric, on trouve peu de monde. L'inquiétude va croissant à mesure que s'invite une ribambelle de chiffres tous contradictoires. Martine Aubry ne serait pas en tête. Le report des voix Delanoë a été mauvais. Quand, vers minuit, les résultats tombent, qualifiant Aubry pour le second tour face à Ségolène Royal, le soulagement se lit sur tous les visages. Ou presque. Cathy* est adhérente au PS depuis mai 2002. Ce soir, elle espérait Hamon. « Je dois être la seule ici à ne pas supporter Aubry. Je suis un peu déçue, mais je suivrai la consigne de vote : probablement pas Royal. »

Des lendemains qui déchantent ?

Le lendemain, minuit et demie. A l'annonce des résultats du second tour, c'est la liesse. « Martine Aubry est la nouvelle première secrétaire du PS », déclare Gilles Pargneaux, président de la puissante fédération socialiste du Nord. L'Internationale raisonne dans tous les couloirs. Tonnerre d'applaudissements. Il faut dire que, dans le Nord, la maire de Lille a fait le plein des voix. 75 % des militants l'ont préféré à sa rivale, selon les derniers chiffres officiels. Et ce soir, malgré l'heure avancée, ils donnent de la voix : « Martine! Martine! », « On a gagné! On a gagné! » Les embrassades pleuvent, les rires fusent.

Mais au delà de la joie, les 42 minuscules voix d'écarts entre les deux candidates sont dans tous les esprits. « Ça semble très serré, confirme Malick*, un jeune militant, mais l'essentiel, c'est la victoire des socialistes. » Peu après, les militants commencent à quitter la salle. En riant, en s'embrassant toujours. Un verre de beaujolais à la main. Une cigarette dans l'autre. Ils ont l'air fatigué de tant d'attente et de stress. Ils pensent probablement déjà à la semaine guerrière qui suivra cette explosion de bonheur.

Martine Aubry, la maire de Lille, peut compter sur le soutien pratiquement inconditionnel des militants socialistes de la région. Mais cette faible avance sur Ségolène Royal n'a pas permis de dégager une majorité claire. Depuis, les deux femmes s'affrontent dans un combat médiatique et juridique qui devrait être tranché en début de semaine par le conseil national du parti. La victoire reviendra probablement à l'UMP.

* Les prénoms ont été modifiés.

Lorrain Sénéchal

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu